Exposition d'un week-end : Pascale Deneffe, Ingrid Laurent, Françoise Lotin, Monique Oger, Marie Roquet et Muriel Traversin

Exposition d'un weekend
Date: samedi 15 septembre 2018 14:00 - 18:00

L’Atelier Arts Plastiques du Centre Culturel de Havelange « s’exporte » le temps d’un week-end à Marchin avec la participation de 6 élèves qui expriment des sensibilités artistiques très différentes mais déjà bien affirmées.

Découverte…

Pascale Deneffe
Issue d'une famille d'artistes, mon parcours artistique débute en 2012 avec la peinture.

Dynamique, passionnée, je ne m'impose aucune limite dans ma façon de peindre.
Je ne suis pas les règles de l'art...  d'où mon côté rebelle. Le tout se fait dans une grande spontanéité, ma peinture est énergique, instinctive, automatique faisant une place importante à la gestuelle, je peins avec mes doigts, j'ai lâché le pinceau... Selon mon humeur et mon feeling du moment, je donne vie à la toile en improvisant textures, reliefs et couleurs et ainsi débute une belle aventure presque magique. J'habite progressivement l'espace, je le fais mien, j'accentue, j'associe, j'explore, j'ajoute, je corrige, j'estompe, je lave, j'intensifie... Je suis à l'écoute de mon tableau, je peins avec le cœur et ma peinture atteint les gens de la même façon. Ma peinture et mon style évoluent avec les années, me laissant guider par de nouvelles techniques enseignées depuis mes débuts par l'artiste peintre éclectique Ingrid Devleminck que je remercie de tout cœur de m'avoir amenée là où j'en suis, moi qui méconnaissais ce don en moi.

Ingrid Laurent
Aussi loin que je m’en souvienne, je n’étais pas une enfant qui « dessinait ».

C’est à l’approche de la trentaine que le besoin se fit sentir, comme un exutoire, une nécessité d’exprimer, de libérer ma sensibilité muselée.
J’ai suivi quelques cours avec Fernand Pater d’Havelange et puis avec Luc Perrot à  l’Académie des Beaux-Arts de Namur.
J’ai perfectionné mon dessin en suivant la méthode : « Dessiner grâce au cerveau droit » avec Annik Ranwez.
C’est ainsi que le désir me prit à 40 ans d’animer des ateliers de peinture avec des enfants.
Ce que je fis pendant 20 ans… 20 ans de contact avec la spontanéité, la joie, la candeur,  la créativité sans limites des enfants mais aussi en partageant leurs confidences, les petits secrets et parfois les souffrances.
Depuis quelques années, je me suis remise à peindre en m’inscrivant à divers ateliers, comme celui d’Ingrid Devleminck qui m’offre le cadre et la structure pour m’exprimer et évoluer.
Dans ma peinture, je reste attachée au figuratif mais découvre petit à petit la joie de lâcher prise et me laisser inspirer par ce qui veut surgir.Au-delà de l’esthétique, c’est le côté thérapeutique qui me passionne.
Peindre pour exprimer ce que je ressens, absorbée dans l’instant présent et me libérer.

Françoise Lotin
J’ai commencé la peinture par hasard : ayant du temps libre devant moi, j’ai recherché une occupation. Pourquoi pas la peinture ?

J’ai découvert le pastel et puis j’ai suivi des cours de peinture acrylique à Marche dans un cours privé. J’ai ensuite suivi une formation pendant quelques années à l’Académie de Ciney. Après un long temps d’arrêt, je suis revenue à mes « premières amours » dans le cadre de l’Atelier Arts Plastiques du Centre Culturel de Havelange.
Pour moi, la peinture est un temps suspendu où il n’y a plus que la liberté d’exprimer ce que je ressens. J’aime beaucoup les couleurs et l’imaginaire. Les peintres qui m’ont donné l’envie d’aller vers la peinture sont Klimt, Delvaux et Picasso.
Ce qui me pousse à peindre c’est la possibilité d’expérimenter, d’oser aller voir plus loin dans la recherche de ce qu’un produit mélangé à un, deux ou même trois autres en plus des couleurs peuvent nous emmener vers l’inattendu, la beauté d’une réaction.
L’utilisation de différents outils m’amène à pouvoir étendre mon champs d’action et surtout à me « lâcher »…

Monique Oger
Une « folle » envie de peindre depuis l’adolescence… sans cesse reportée à plus tard : après les études, après les débuts professionnels, après la vie de famille… après… après… jusqu’à la rencontre avec l’Atelier Arts Plastiques du Centre Culturel de Havelange. Une révélation, un déclic vers la créativité en toute décontraction et liberté d’expression, la découverte de techniques variées, un guide vers l’inspiration… mais aussi vers la patience, le lâcher-prise.

Ma peinture est essentiellement intuitive : j’aime travailler ma toile avec de la matière (crépis, gesso, papier, tissu, treillis, fil de fer…) et laisser les couleurs s’attirer mutuellement, se répondre, fusionner pour exprimer une émotion, une sensation, une humeur…
Au fur et à mesure que je peins un élément, je vois progressivement d’autres formes apparaître et en travaillant le contraste, la couleur, la lumière et le traitement de la peinture, je donne un rôle à ces formes par rapport aux autres éléments. J’entre en communication, voire en communion avec chacun de ces éléments et les laisse prendre leur place.
J’oublie le mental et je laisse le cœur, le corps (via la main) s’exprimer en totale liberté dans le moment présent.
La peinture est maintenant devenue pour moi une « drogue douce »… sourire… des instants magiques dans le quotidien.
Un formidable chemin intérieur à parcourir sans modération.
« Les chemins naissent sous nos pas au fur et à mesure que nous marchons » (Franz  Kafka)…
Il en va de même pour la peinture.

Marie Roquet
Elève de l’Atelier Arts Plastiques d’Havelange, j’apprécie particulièrement y expérimenter différentes techniques.

Mes peintres préférés dont j’aime m’inspirer sont Gauguin et Klimt. Tous les deux utilisent beaucoup de couleurs vives.
Moi aussi, dans mes peintures, j’aime jouer avec les couleurs : ça me nourrit et me ressource.
J’aime découvrir et explorer : la technique du « pooring » m’a particulièrement séduite car il laisse beaucoup de place à la liberté.

Muriel Traversin
Parler de mon parcours, en ce qui concerne la peinture, c’est comme dessiner mon arbre de vie. Ses racines, c’est lorsque j’étais petite et que je dessinais et coloriais dans des livres : je détestais dépasser les lignes. Le tronc est ma période scolaire où j’ai pu évoluer avec des professeurs de dessin très maniaques : le trait « fait en une fois » et l’écriture parfaite. La déception de ne pas avoir plus que deux heures de cours par semaine. Les branches, c’est là où je me suis fait toute seule et j’ai vu que le peu de bases que j’ai apprises me servent très souvent. Je me suis décidée à peindre à l’huile des paysages sans vraiment savoir par où il fallait commencer. J’ai pris des cours avec Monsieur Pater au Centre Culturel de Havelange pendant un an où j’ai appris à peindre à l’huile, à dessiner à la craie des objets et j’y ai découvert également la transparence et les ombres. Des années plus tard, je me suis vue dessiner les feuilles d’un livre, créer en collectif à un cours de Claire Ruwet (écrivain). Maintenant, je suis inscrite au cours d’Ingrid Devleminck qui m’apporte la confiance en moi et me fait évoluer depuis trois ans. J’y apprends l’abstrait avec des techniques de toutes sortes, de nombreux trucs et astuces ; nous partageons nos idées avec le groupe et avons un bon esprit d’équipe. Je m’aperçois petit à petit que je me sens aussi bien dans l’abstrait que le figuratif. Alors, pourquoi ne pas marier les deux ? Maintenant, je me sens comme cet arbre qui commence à fleurir au bout de ses branches. Cela commence à porter ses fruits.

 

Samedi 15 et dimanche 16 septembre de 14h à 18h
Au centre culturel de Marchin, place de Grand-Marchin, 4 à 4570 Marchin
Entrée libre
Centre culturel de Marchin, 085/41.35.38

 

Propulsé par iCagenda